Слике страница
PDF
ePub

the new ideas of peace and friendship in the world, men of business, men representing that French energy the story of which has been written by the President of the delegation, M. HANOTAUX; and among these men is one whom we were proud to bring over to America, because we thought that in the land which has produced the WRIGHT BROTHERS, who won their first public applause in France, it was appropriate that we should introduce M. BLERIOT, the first man who ever reached England without touching the waters.

The delegation also feels a great interest in those economic questions which are pre-eminently the matter with which you have to deal. The head of the delegation has been Foreign Minister, and for that reason has had much to do with trade relations throughout the world, and especially between France and the United States of America. M. BARTHOU, former Minister of Public Works, has also had very much to do with the economic questions connected with labor, which are questions of vast importance in our two great republics where democratic sentiments are so powerful and so beneficial.

Commerce, which is your chief occupation—but not your only onem means exchanges. Now, you cannot exchange with people who have nothing ; you cannot exchange and drive a prosperous trade with men who are in reduced circumstances. Commercial nations have the same interest. Their interest is that other nations sball be prosperous. This consideration is the great incitement to national justice which GEORGE WASHINGTON expected, and by means of which one day peace might exist, he thought, throughout the civilized world. “ The probable influence that commerce may hereafter have on human manners and society in general,” he wrote once to LA FAYETTE, will result in mankind being possibly “connected like one great family in fraternal ties.” This we have not seen and our children will not see : but let us not believe it will never happen. The word of GEORGE WASHINGTON is of importance, he was such a good prophet.

One thing we should not lose sight of and that is that while tariffs and taxation are quite legitimate, they ought not to be too heavy a burden lest they kill the hen that lays the golden eggs, lest they cramp exchanges.

Another consideration is that whatever be the tariff, the administrative rules for the laying of the taxes should not be so devised as to make the burdens thus established more burdensome. I may be touching on very delicate ground in saying this. [Laughter.] I remember one year, wben I was leaving this country to go home, I was submitted to the friendly ordeal of being cross-examined on the ship at a moment when I was wondering whether all my luggage was on board, and some of those examiners asked me what the people in France thought of the then newly established tariff in this country. I replied that my impression was that the people in France were perhaps inclined to think that the new tariff was a trifle too high. Well, the result of that remark of mine was appalling. [Laughter.] Some of those gentlemen went off and wrote articles about what I had said, and even went so far as to pay their respects to the Secretary of State and ask for—a word of much use nowadays—my recall, on the ground that I had, in a way, meddled with internal politics. I might have auswered that those who paid taxes could not be forbidden to entertain, and even express about them, especially when asked, opinions of their own, and that I had for my part expressed none of mine. Anyhow, the Secretary of State and the President were so good as not to insist upon any recall concerning me, [applause,) and I am very grateful to them, since it allows me an opportunity once more, and perhaps not for the last time, to visit this famous Chamber of Commerce. [Applause.]

The tax is one thing; the manner of calculating and levying it is another : both may be acceptable, both may be burdensome: both court reciprocity. It is no secret, I believe, that, according to some, certain schedules at the present time, whatever be the tax, are for the merchant a cause of great anxiety. I was born in Lyons, the city of silk making, and I know that the silk makers there consider the tax pretty high ; but more difficult for them than the tax itself is the way that it is put upon them; they cannot figure it, and when they want to make a bargain they don't know just wbat will be the price that would give them a benefit. It is, they say, so very difficult to figure the intricate regulations put into that schedule, that in their opinion—and mind you I do not express any of my own—the severest part of the law is not the very high tax but the way in which it is devised. “What we long for the President of the Lyons Chamber of Silkmakers was writing the other day to the Temps concerning this same question, is “ to be able to work on a positive basis and to know exactly beforehand what we shall have to pay.”

One thing, however, is very certain : When I arrived in America the exchanges between the two nations were $150,000,000 a year. They are now $250,000,000, so that after all we can report progress. Another thing that is worthy of consideration is this : The imports from France and the exports from the United States to France are about even. Now, what does this mean? It means this, to which I beg to call your attention : That given the difference of population every Frenchman purchases twice as much of American goods as every American purchases of French goods.

Now, concerning peace. Peace is the chief source of prosperity. The series of treaties between France and the United States are models upon which should be framed treaties to exist between all liberal and manly nations. If you take up the list of those treaties you will find that there never has been any treaty of peace between France and the United States of America. Why? Because there has never been war between the two countries. The United States of America is the only great nation with which France has never been at war. [Applause.] There is not a treaty between us that has left behind it any rancor or illfeeling. On the contrary, only a feeling of friendship and amity.

As the French Ambassador to the United States I take pride in havir.g signed the first duly ratified treaty of arbitration, with one of

the great men of your country, the then Secretary of State, now your Senator, ELIHU Root. [Applause.] A comfort it is for men in trade as for men in politics, a comfort for all men with a heart, to consider that what has been will continue, and that we have every reason to believe that the unbroken peace that has ever existed between our two countries, shall to their benefit and that of the world, ever continue. [Loud applause.]

THE PRESIDENT.—The President of the distinguished delegation has been described to you by the Ambassador, leaving both necessary to be said by me. He has won fame as a Statesman and as a scholar. For many years he was Minister of Foreign Affairs in the Government of France, and in the world of letters bas achieved that most enviable distinction—a member of the French Academy. I have great pleasure in presenting M. GABRIEL HANOTAUX.

M. HANOTAUX was greeted with loud applause and spoke in French as follows :

ADDRESS OF M. GABRIEL HANOTAUX.

MONSIEUR LE PRESIDENT.-Si je jette les yeux autour de moi, ma pensée et celle de la Délégation tout entière se porte vers les énergies humaines que vous représentez autour de nous. C'est la puissance des Etats-Unis d'Amérique, c'est cette activité inlassable qui a couvert de ses oeuvres et de ses conquêtes un continent et la planète entière, se détournant de ses travaux pour nous faire un splendide et chaleureux accueil. Cette réunion, ces fleurs, ces drapeaux, tout se réunit pour faire sentir à la France combien elle est chère à cette vaillante Cité New Yorkaise. Mais il y quelque chose de plus chaud et de plus précieux dans l'accueil que vous faites, c'est le mouvement du coeur. Comment vous exprimer notre reconnaissance?

D'ailleurs n'est-ce pas la générosité américaine qui a déterminé le voyage de la délégation française ?

Il y a quelques inois notre éminent ambassadeur, Monsieur JusSERAND, qui veille avec tant de compétence à tout ce qui peut rapprocher les deux pays, nous avait signalé la prochaine érection sur les bords du lac CHAMPLAIN d'un monument en l'honneur de notre vaillant compatriote. Il pensait avec raison que la France ne pouvait rester indifférente à ce beau geste qui en continue tant d'autres analogues. Mais comment la France manifesterait-elle sa gratitude, comment participerait-elle à cette glorification d'un de ses enfants ?

Seul, un appel au public et un appel à l'art pouvaient avoir une portée suffisante pour répondre. Par les soins du comité FranceAmérique que nous représentons ici, les deux manifestations simuItanées se sont produites : le public français a compris et a rapidement souscrit les listes en tête desquelles il trouvait le nom vénéré de Monsieur FALLIÈRES, Président de la République Française. En même temps l'art avait fait son oeuvre, et le sculpteur Rodin avait

conçu et exécuté l'image de la “ France” que nous avions sollicitée de son génie.

C'est cette image que nous avons apportée ici pour qu'elle soit scellée au pied du monument de CHAMPLAIN, comme un cachet et un sceau, authentiquant une fois de plus, la fidélité de nos sentiments communs et nos souvenirs.

Vous avez bien voulu arrêter au passage dans cette grande ville la délégation qui va porter le bronze au lieu où il est destiné! Vous savez qu'elle appartient aux diverses grandes institutions et corporations françaises, au Parlement, à l'Académie et à l'Institut, à l'Armée, à l'Université, au Conseil d'Etat, à l’Industrie, au Commerce, et qu'elle contient trois membres descendant des familles qui ont combattu ou servi à l'époque de la Guerre de l'Indépendance, CHOISEUL, ROCHAMBEAU, LAFAYETTE, dont nous avons ici le petit-fils, le COMTE DE CHAMBRUN. Celui-ci a reçu, en outre, une délégation spéciale de M. le Président du Conseil, Monsieur RAYMOND PoinCARÉ, et il le représente personnellement.

Ainsi, par-dessus les océans, une même pensée nous unit. Les Etats-Unis élèvent un monument i un Français. La France vous envoie, par nous, son tribut de gratitude : une fois de plus les deux grandes démocraties pensent et agissent à l'unisson.

Je ne veux pas tenter ici un parallèle presque impossible entre les deux Républiques, l'une vaste, puissante, jeune, pleine d'élan et de grandeur, l'autre plus à l'étroit sur son territoire resserré dans la vieille Europe, mais elle aussi, active et toujours jeune, “prise d'action, amante de la beauté, apportant à la realisation de son idéal la plus noble culture peut-être qu'il y ait au monde, puisqu'elle remonte à deux mille ans en arrière, aux temps où ('ésar conquit la Gaule et où le Christ naquit. Ce qui caractérise toutefois les relations toujours cordiales et toujours fidèles de ces deux pays, c'est que, se développant parallèlement, ils ne se heurtent nulle part. Je crois exprimer un fait réel, à la fois très simple et très fort, en disant, qu'entre la France et les Etats-Unis d'Amérique, il y a plus d'aptitude à se connaitre et à se comprendre qu'entre deux autres pays du monde, quels qu'ils soient.

Et, si l'on me demande pourquoi, je répondrai en employant la formule d'une des proclamations de la Nouvelle-Angleterre, avant la Guerre de l'Indépendance, parceque ce sont deux pays " où l'on ne connaît nisuzerains, ni seigneurs, ni princes, mais seulement le peuple."

Tout donc porte les deux Républiques à l'entente et à l'union : des souvenirs communs, un objectif pareil, une conception semblable de la vie publique. La République américaine et la République française sont les deux filles aînées de la liberté. 1787, l'année de la Constitution américaine et 1789, l'année qui inaugure l'ère moderne en Frånce, ce sont deux grandes dates de nos histoires, et deux grandes dates de l'histoire du monde.

Avec un point de départ presque simultané, les deux pays ont suivi leurs voies diverses, l'un occupé à se saisir d'un territoire immense, pliant aux nécessités de cette vie énorme et dispersée ses institutions à la fois fédéralistes et unitaires, ouvrant au vieux monde un asile tutélaire et développant sur son sol, grâce à cet afflux permanent du trop plein des forces humaines, une civilisation qui est l'héritière de toutes les civilisations ; l'autre plus unitaire et plus centralisé ; plus ramassé et plus fondu, plus traditionnel, mais plus alourdi par le poids du passé, travaillant à faire entrer, dans ses vieux cadres historiques, les puissances d'énergie que la vie moderne exige des sociétés qui veulent garder leur place et leur rang dans la grande famille humaine.

Après cent ans de cet effort parallèle, les voici donc qui apparaissent toutes deux en pleine possession de leur valeur, et avec la conscience de ce qu'elles sont et de ce qu'elles doivent être. N'est-ce pas le moment pour elles deux de se considérer mutuellement et de s'apercevoir, une fois pour toutes, que dans cette marche parallèle, elles se complètent souvent et ne se contrarient jamais ?

Puisque je parle ici devant les représentants les plus autorisés du Commerce américain, il me parait facile de prendre le commerce en exemple.

Le Commerce est entre les peuples le premier et le plus indispensable des biens. Qui dit commerce dit bon vouloir réciproque, confiance mutuelle et paix. Il est incontestable qu'à l'origine de toutes les civilisations se trouve le Commerce, et quand les premiers navigateurs européens, à commencer par le plus grand de tous, CHRISTOPHE COLOMB, -ont été vers l'occident à la recherche des terres nouvelles, que prétendaient-ils, sinon trouver des chemins et des débouchés nouveaux ? C'est du commerce qu'on peut dire avec raison“ Mens agitat molem.”

Or, précisément, dans le commerce franco-américain, une heureuse entente de nos intérêts réciproques nous conduit à cette conviction que, là aussi, bien peu de choses nous séparent, tandis que beaucoup nous rapprochent. L'Amérique produit en abondance des matières premières dont notre industrie a besoin ; la France produit des substances alimentaires, et des articles où se distingue spécialement le goût français, et dont le luxe croissant des Amériques aura sans doute toujours besoin. Sur ces bases, les conditions d'une harmonie bien equilibrée peuvent sans trop de difficultés se dégager. Aussi voyonsnous que la France est de toutes les nations de l'Europe, (l'Angleterre exceptée), celle qui fait le plus d'affaires avec les Etats-Unis proportionnellement au chiffre de sa population et à l'étendue de son territoire, confirmant ainsi l'observation que je faisais tout à l'heure, à savoir que les lois de l'histoire doivent combiner nos efforts, et que, seule, une erreur inexcusable pourrait les séparer.

C'est pour étendre et appliquer cette opinion,-j'irai jusqu'à dire cette doctrine,-que le comité France Amérique s'est fondé à Paris, et qu'il est venu devant vous pour travailler au développement des bonnes relations si heureusement existantes entre les deux pays. Dans tous les ordres de manifestations cordiales, on nous trouve et on nous trouvera. C'est là notre rôle et nous le revendiquons bautement.

Relations économiques, relations intellectuelles, relations sociales,

« ПретходнаНастави »