Histoire de l'empire ottoman depuis 1792 jusqu'en 1844, Том 2

Предња корица
 

Шта други кажу - Напишите рецензију

Нисмо пронашли ниједну рецензију на уобичајеним местима.

Друга издања - Прикажи све

Чести термини и фразе

Популарни одломци

Страница 2 - Osmanlis, et l'espoir que chacun d'eux a de parvenir aux plus hautes dignités, donnent à tous un air de fierté et d'importance. L'Osmanli, qui du dernier rang est parvenu à occuper une place éminente, prend sans effort et sans exciter le moindre étonnement, le ton et la gravité nécessaires à son nouvel emploi. Mais des révolutions fréquentes, un gouvernement militaire, des lois sévères, des exécutions nombreuses, ont accoutumé l'Osmanli à la vue du sang, et l'ont disposé à la cruauté.
Страница 224 - Mais les moments étaient précieux; il était temps d'agir; le moindre retard pouvait tout changer. Le capitan-pacha , Seyd-Ali , moins ému que Moustapha-Baïractar, le prit par le bras et lui dit en le relevant : « Convient-il au pacha de Routschouk de pleurer comme une femme? C'est la vengeance, et non des pleurs, que le...
Страница 8 - C'est à des Arméniens que les Turcs confient la fabrication des monnaies et la direction de leurs moulins à poudre. Les Arméniens doivent à leur modération et à leur probité d'avoir réussi à accaparer les emplois de serafFes ou de banquiers des ministres et des principaux personnages de l'empire ( i ) et à supplanter les Juifs dans cette branche de commerce.
Страница 108 - Constantinople et d'Andrinople et menacer ces deux résidences impériales. Le sultan Sélim , ne pouvant tirer aucun parti des janissaires de la Homélie pour défendre leur propre territoire, résolut de faire marcher contre les brigands une partie de ses nizamgedittes. Un des deux régiments de Constantinople , une compagnie d'artillerie légère , un escadron de cavalerie et trois régiments de .la Caramanie furent réunis en peu de temps auprès de Tchiorlou et marchèrent de suite contre les...
Страница 11 - ... rabbins adjoints , choisis à vie par la nation , forment un triumvirat qui est chargé de l'autorité principale. Il participe à la formation des lois et sert en même temps de tribunal suprême. Un conseil de sept membres nommés à vie par la nation forme la seconde branche du pouvoir législatif , a le droit de faire des remontrances au triumvirat et peut seul convoquer l'assemblée nationale. Toutes les questions agitées et approuvées dans l'assemblée nationale doivent obtenir le consentement...
Страница 12 - ... commerce. Les juifs de Constantinople ne comptent pour rien ; ils sont vils , rampants , ils ne songent qu'à gagner des piastres , n'importe par quels moyens ; ils n'ont ni amour ni attachement pour personne, parce que tout le monde les repousse ; si l'empire d'Osman venait à s'écrouler, on verrait les juifs trafiquer au milieu des décombres et brocanter avec les dépouilles de tous les partis. Vos vues sur les révolutions de la ville des sultans sont larges, claires et toujours judicieuses....
Страница 100 - Hautesse, des pièces de canon de campagne, montées sur leurs affûts et attelées pour servir de modèles, ainsi que des officiers, des soldats et des ouvriers d'artillerie pour instruire les topais et diriger les fonderies et les arsenaux.
Страница 11 - ... mesures de police et de surveillance mutuelle entre leurs principales autorités. La justice est administrée aux Juifs à très peu de frais. Les émoluments des employés ont été déterminés par la plus stricte économie. Il est rare que les Juifs s'adressent par un appel aux tribunaux turcs pour faire casser les sentences de leurs juges particuliers. Les Juifs...
Страница 154 - Les vaisseaux anglais étaient sous voile de très -bonne heure. Leur premier mouvement semblait annoncer qu'ils allaient se porter sur Constantinople , pour exécuter leurs menaces si souvent répétées. Tous les habitants de cette capitale étaient en mouvement. Une foule nombreuse couvrait les batteries d'Europe et d'Asie. Toute la population avait les yeux fixés sur cette escadre menaçante. Mais les vaisseaux...
Страница 40 - ... commencèrent à exercer avec succès leur influence politique. Les janissaires, las d'un prince aussi cruel que lâche, secondèrent ces prêtres, afin de légitimer, par la sanction des ministres de la religion, leurs mouvements séditieux. Mahomet III, fils d'Amurat III , commença son règne, en 1595, par faire périr dix-neuf de ses frères. Barbare envers sa famille, il le fut envers ses ministres et ses sujets, et vécut sans cesse dans la défiance et dans la crainte. Sous ce monarque,...

Библиографски подаци