Journal de médecine mentale: résumant au point de vue médico-psychologique, hygénique, thérapeutique et légal, Том 3

Предња корица
Dr. Delasiauve (Louis-Jean-François)
1863
 

Шта други кажу - Напишите рецензију

Нисмо пронашли ниједну рецензију на уобичајеним местима.

Изабране странице

Друга издања - Прикажи све

Чести термини и фразе

Популарни одломци

Страница 117 - ou profession des secrets qu'on leur confie, qui, hors » le cas où la loi les oblige à se porter dénonciateurs, auront révélé ces > secrets, seront punis d'un emprisonnement d'un mois à six mois et » d'une amende de 100 francs à 500 francs.
Страница 269 - raison. Triomphants quand ils attaquent, ils sont sans vigueur en se défendant. Si vous pesez les raisons, ils n'en ont que pour détruire ; si vous comptez les voix, chacun est réduit à la sienne; ils ne s'accordent que pour disputer : les écouter n'était pas le moyen de sortir de mon incertitude.
Страница 269 - affirmalifs, dogmatiques, même dans leur scepticisme prétendu, n'ignorant rien, ne prouvant rien, se moquant les uns des autres; et ce point commun à tous me parut le seul sur lequel ils ont
Страница 117 - Cet article est ainsi conçu : « Les médecins, chirurgiens et autres officiers de santé, ainsi que » les pharmaciens, les sages-femmes et toutes autres personnes
Страница 78 - que le corps apparaît sans cesse au moi comme sien, et que le sujet spirituel se sent et s'aperçoit exister, en quelque sorte, localement dans l'étendue limitée de l'organisme. Moniteur perpétuel et indéfectible, il rend l'état du corps incessamment présent à la conscience et manifeste ainsi
Страница 79 - M. Peisse, est comme une lacune, un déchet, que subit le sentiment universel de la vie corporelle; elle prouve que l'état de ce membre était très réellement quoique très obscurément senti, et constituait un élément partiel du sentiment général de la vie. Ainsi en arrive-t-il d'un bruit continu, monotone, qui cesse d'être perçu quoiqu'il soit toujours entendu.
Страница 409 - ne me parait avoir rien de plus divin ni de plus sacré que les autres ; la nature et la source en sont les mêmes ; c'est grâce sans doute à l'inexpérience, à l'attrait et à la puissance du merveilleux qu'on l'a regardée comme divine; les
Страница 270 - peut savoir si la sienne mène au but. Cependant nous voulons tout pénétrer, tout connaître. La seule chose que nous ne savons point, est d'ignorer ce que nous ne pouvons savoir.
Страница 387 - faut ajouter que l'on trouve, parmi les Scythes, beaucoup d'hommes impuissants ; ils se condamnent aux travaux des femmes et parlent comme elles. On les nomme efféminés. Les indigènes attribuent la cause de cette impuissance à la divinité ; ils vénèrent cette espèce d'hommes et les adorent, chacun craignant pour soi une pareille affliction
Страница 216 - pendant le jour ; les autres, encore sous l'effet d'une première pipe, rient et parlent sans raison, tandis que sur les canapés voisins gisent d'autres malheureux, immobiles et languissants, avec un sourire idiot sur la face, trop accablés par l'effet du poison

Библиографски подаци