Слике страница
PDF
ePub

DE L'EMPIRE OTTOMAN,

DEPUIS SA FONDATION

JUSQU'A LA PAIX D'YASSI, EN

1792;

AVEC DES PIÈCES JUSTIFICATIVES,

ET UNE CARTE DE L'EMPIRE OTTOMAN.

PAR M. DE SALABERRY.

TOME QUATRIÈME.

PARIS,

LE NORMANT, IMPRIMEUR-LIBRAIRE ,

RUE DE SEINE.

[ocr errors][merged small][merged small][ocr errors]

Aux Anict

Class of 1920 424** HISTOIRE DE L'EMPIRE OTTOMAN;

S8012

[merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

Portrait d'Hassan-Bey.--Détresse des Russes.—Pillage

de la Morée par les Albanais. — Embarquement des Russes. Combat de Tchesmé. Incendie de la flotte ottomane. Les Dardanelles insultées

par Elphinston. Disparition de la flotte russe. Guerre du Danube. - Hali-Pacha grand-visir. Siege de Bender par les Russes. — Intrigues du cabinet de Pétersbourg dans la Crimée. - Bataille de Cahous. – Victoire remportée par Romantzof.

Déposition d'Hali-Pacha. — Prise de Bender. Succès de Catherine II. Fermeté de Mustapha III.

Siege de Lemnos par l'escadre russe. Délivrance de l'île

par

Hassan-Pacha. Conquête de la Crimée. - Fuite da khan.- Congrès de Focziani. - Rupture du congrès. -- Révolution en Suède. Politique des puissances de l'Europe. Reprise des hostilités. - Campagne de 1773. Varna attaquée par les Russes. -- Ils sont repoussés par Hassan-Pacha. Mort de Mustapha III. – Son caractère; son éloge. — Avénement d'Abdul Hamid.

La nature avait épuisé, pour former Hassan- 1770, Bey, tous les élémens héroïques dont elle

compose les hommes extraordinaires au moral comme au physique, quand elle n'appelle pas à son aide les secours de l'instruction et de l'éducation. Hassan, né en Perse, fait esclave dans son enfance par les Ottomans, avait été vendu à un babitant de Radosto, ville de la Propontide. Il annonça dès l'adolescence autant de hardiesse que d'ambition, et s'échappant un jour de la maison de son maître sur un bateau grec qui le conduisit á Smyrne, il s'enrôla dans les recrues que la régence d'Alger lève tous les ans dans ces contrées. Admis bientôt parmi la milice qui tient, auprès des deys, le même rang que les Turés corasmiens occupaient auprès des califes de Bagdad, milice garde et maîtresse d'un trône auquel tout soldat heureux peut prétendre, Hassan se fit remarquer d'abord par son courage, qu'il exerçait contre les lions à défaut d'autres ennemis. Il parvint au gouvernement d'une province. Les richesses qu'il acquit daus l'exercice de son autorité armèrent la jalousie de ses ennemis,qui le rendirent suspect à la régence d'Alger. Forcé de fuir, le généreux Hassan crut, avec raison, que les souverains de l'Europe ne lui refuseraient pas l'hospitalité et le passage dans leurs états. Il arriva en Espagne et de-là à Naples. Par l'en

tremise du comte de Ludolf, ambassadeur du roi des Deux - Siciles auprès de la Porte, il obtint l'intérêt et la protection du grand-visir Raghib-Pacha. Ce ministre tout-puissant appelle Hassan à Constantinople, et dès son arrivée le commandement d'un vaisseau lui est confié. C'était en 1964, sous le règne de Mahmoud; et Hassan-Bey donna depuis tant de preuves de fidélité et de valeur, qu'il parvint aux premiers grades de la marine ottomane. Il montait le vaisseau amiral, et faisait auprès du capitan pacha les fonctions de capitaine de pavillon, lors de cette fameuse campagne navale contre les Russes.

Ayant rejoint la flotte à laquelle s'étaient réunis les vaisseaux qui en étoient séparés, Hassan voulut poursuivre Elphinston. Le cas pitan-pacha; qui n'embrassait que les conseils timides, ne chercha qu'à éviter l'ennemi, sans vouloir le provoquer. Ce n'était pas que ce plan pusillanime ne fût à la fois habile et sagen et la lâcheté se couvrait cette fois des prétextes les plus spécieux. : « Les Russes, maîtres du » seul port de Navarreins, perdaient chaque

jour de leur crédit auprès des Grecs : ils » étaierit réduits sur terre à la défensive. Les » Ottomans, au contraire, se renforçaient de

toutes parts et se disposaient à attaquer. La

« ПретходнаНастави »