Слике страница
PDF
ePub

dit-il, «

avoit prises—“Et sans lesquelles," disoit-il, “ tous les citoyens auroient couru risque de se trouver égorgés le lendemain à leur réveil.”

Le maire d'une petite ville, entendant une querelle dans la rue au milieu de la nuit, se lève du lit, et ouvrant la fenêtre, crie aux passans, “ Messieurs, me leverai-je ?”

Un sot faisoit compliment à une demoiselle dont la mère venoit de se marier en secondes noces avec un ancien ami de la maison-" Mademoiselle,” lui

je suis ravi de ce que monsieur votre père vient d'épouser madame votre mère.”

Racine, qui avoit été toute sa vie courtisan très attentif, étoit enterré à Port Royal des Champs dont les solitaires s'étoient attirés l'indignation de Louis XIV. M. de Boissy, célèbre par ses distractions, disoit, “ Racine n'auroit

pas

fait cela de son vivant." On racontait dans une conversation que monsieur de Buffon avoit disséqué une de ses cousines, et une femme se récrioit sur l'inhumanité de l'anatomiste. M. de Mairan lui dit, “ Mais, madame, elle étoit morte.”

On parloit avec admiration de la belle vieillesse d'un homme de quatre vingt dix ans, quelqu'un dit—“Cela vous étonne, messieurs; si mon père n'étoit pas mort, il auroit à présent cent ans accomplis."

Mouet, de l'opera comique, conte qu’arrivant de Lyon, et ne voulant pas qu’on sut qu'il étoit à Paris, il recommanda à son laquais, supposé qu'il fut rencontré, de dire qu'il étoit à Lyon. Le laquais trouve

[ocr errors]

un ami de son maître, qui lui en demande des nouvelles. “Il est à Lyon,” dit-il, “et il ne sera de retour que la semaine prochaine." Mais,” continue le questionneur, “ que portez vous là ?” “Ce sont quelques provisions qu'il m'a envoyé chercher pour son dîner.”

Un homme examinoit un dessin représentant la coupe d'un vaisseau construit en Hollande ; quelqu’un lui dit, “ Est-ce que monsieur entend le Hollandois."

Un homme de loi disoit qu'on ne pouvait pas faire une stipulation valable avec un muet. Un des écoutans lui dit, “Monsieur le docteur, et avec un boiteux, seroit-elle bonne ? "

Un homme se plaignoit que le maison de son voison lui ôtoit la vue d'une de ses fenêtres; un autre lui dit, “ Vous avez un remède ; faites murer cette fenêtre.”

Un homme ayant écrit à sa maitresse, avoit glissé le billet sous la porte, et puis s’avisant que la fille ne pourroit pas s'en appercevoir il en écrivit un autre en ces termes, “ J'ai mis un billet sous votre porte; prenez-y garde quand vous sortirez.”

Un homme étant sur le point de marier sa fille unique, se brouille avec le prétendant, et dans sa colère il dit, “ Non, monsieur, vous ne serez jamais mon gendre, et quand j'aurois cent filles uniques, je ne vous en donnerois pas une.”

On avoit reçu à la grande poste un lettre avec cette adresse, à Monsieur mon fils, Rue, fc. On alloit la mettre au rebut; un commis s'y oppose, et dit qu'on trouvera à qui la lettre s'adresse. Dix ou douze jours se passent. On voit arriver un grand benet, qui dit, “ Messieurs, je viens savoir si on n'auroit pas gardé ici une lettre de mon cher père ?” “ Oui, monsieur,” luid it le commis, “ la voilà.” On prête ce trait à Bouret, fermier général.

Milord Albemarle étant aux eaux d'Aix-la-Chapelle, et ne voulant pas être connu, ordonna à un nêgre qui le servoit, si on lui demandoit qui étoit son maître, de dire qu'il étoit François. On ne manqua pas de faire la question au noir, qui répondit, “ Mon maitre est François, et moi aussi.

Un marchand, en finissant d'écrire une lettre à un de ses correspondans, mourut subitement. Son commis ajouta en P. S. “ Depuis ma lettre écrite je suis mort ce matin. Mardi au soir 7ème,” &c.

Un petit marchand prétendoit avoir acheté trois sols ce qu'il vendoit pour deux. On lui représente que ce commerce le ruinera—"Ah,” dit-il, “je me sauve sur la quantité.”

Le chevalier de Lorenzi, étant à Florence, étoit allé se promener avec trois de ses amis à quelques lieues de la ville, à pied. Ils revenoient fort las; la nuit approchoit ; il veut se reposer : on lui dit qu'il restoit quatres milles à faire—“Oh,” dit-il, “ sommes quatres ; ce n'est qu'un mille chacun.”

On prétend qu'un fermier général voulant s'éviter l'ennui ou s'épargner les frais des lettres dont on l'accabloit au nouvel an, écrivoit au mois de Décembre à tous les employés de son département qu'il les dispensoit du cérémonial, et que ceux-ci lui répon

nous

[ocr errors]

deroient

pour l'assurer qu'ils se conformeroient à ses ordres.

Maupertuis faisoit instruire un perroquet par son laquais, et vouloit qu'on lui apprit des mots extraordinaires. Depuis deux ans le laquais, enseignoit à l'animal à dire monomotapa, et le perroquet n'en disoit que des syllabes séparées. Maupertuis faisoit des reproches au laquais; “Oh, monsieur," dit celui-ci, “ cela ne vas pas si vite ; je lui ai d'abord appris mo et puis no." “ Vous êtes un bête,” dit Maupertuis, “ il faut lui dire le mot entier." Monsieur,” reprend le laquais, “il faut lui donner le temps de comprendre."

Il y a en Italien une lettre pleine de spropositi assez plaisans. Un homme écrit à son ami, “ Abbiamo avuto un famosissimo tremmoto che se per la misericordia de Dio avesse durato una mezza hora di piu, saremmo tutti andati al paradiso che Dio ce ne liberi. Vi mando quatordici peri e sono tutti boni christiani.

A questa fiera i porci sono saliti al cielo. O ricevete, o non ricevete questa, datemene aviso.”

« ПретходнаНастави »