Слике страница
PDF
ePub

APPENDIX.

The following collection of Foreign Bulls was g.ven us by a man of letters, who is now father of the French Academy,

RECUEIL DE BETISES.

Toutes les nations ont des contes plaisans de bétises échappées non seulement à des personnes vraiment bêtes, mais aux distractions de gens qui ne sont pas sans esprit. Les Italiens ont leurs spropositi, leur arlequin ses balourdises, les Anglois leurs blunders, les Irlandois leurs bulls.

Mademoiselle Maria Edgeworth ayant fait un recueil de ces derniers, je prends la liberté de lui offrir un petit recueil de nos bêtises qui méritent le nom qu'elles portent aussi bien que les Irish bulls. J'ai fait autrefois une dissertation où je recherchois quelle étoit la cause du rire qu'excitent les bêtises, et dans laquelle j'appuyois mon explication de beaucoup d'exemples et peut-être même du mien sans m'en appercevoir; mais la femme d'esprit à qui j'ai adressé cette folie l'a perdue, et je n'ai pas pu la recouvrer.

Je me souviens seulement que j'y prouvois savamment que le rire excité par les bêtises est l'effet du contraste que nous saisissons entre l'effort que fait l'homme qui dit la bêtise, et le mauvais succès de son effort. J'assimilois la marche de l'esprit dans celui qui dit une bêtise, à ce qui arrive à un homme qui cherchant à marcher légèrement sur un pavé glissant, tombe lourdement, ou aux tours mal-adroit du paillasse de la foire. Si l'on veut examiner les bêtises rassemblées ici, on y trouvera toujours un effort manqué de ce genre.

Un homme, dont la femme avoit été saignée, interrogé le lendemain pourquoi elle ne paroissoit pas à table, répondit :-Elle garde la chambre: Morand l'a saignée hier, et une saignée affoiblit beaucoup quand elle est faite par un habile homme.

M. de Baville, intendant de Languedoc, avoit un secrétaire fort bête : il se servoit un jour de lui pour écrire au ministre sur des affaires très importantes et dicta ces mots : “Ne soyez point surpris de ce que je me sers

d'une main étrangère pour vous écrire sur cet objet. Mon secrétaire est si bête qu'à ce moment même il ne s'apperçoit pas que je vous parle de lui.”

On demandoit à un abbé de Laval Montmorency quel âge avoit son frère le maréchal dont il étoit l'ainé. “Dans deux ans," dit-il, " nous serons du même âge."

On se préparoit à observer une éclipse, et le roi devoit assister à l'observation. M. de Jonville disoit à M. Cassini—“N'attendra-t-on pas le roi pour commencer l'eclipse ?"

Une femme du peuple qui avoit une petite fille malade avec le transport au cerveau, disoit au médecin, “Ah, monsieur, si vous l'aviez entendu cette nuit elle a déraisonnée comme une grande personne.”

Un homme avoit parié 25 louis qu'il traverseroit le grand bassin des Thuileries par un froid très rigoureux; il alla jusqu'au milieu, renonça à son entreprise, et revint par le même chemin en disant, “ J'aime mieux perdre vingt-cinq louis que d'avoir une fluxion de poitrine.”

Un homme voyoit venir de loin un médecin de sa connoissance qui l'avoit traité plusieurs années auparavant dans une maladie ; il se détourna, et cacha son visage pour n'être pas reconnu. On lui demandoit “ Pourquoi.” “C'est,” dit-il, “que je suis honteux devant lui de ce qu'il y a fort long tems que je n'ai été malade."

On demande à un homme qui vouloit vendre un che. val, “Votre cheval est-il peureux ?”—“Oh, point du tout,” répond-il, “ il vient de passer plusieurs nuits tout seul dans son écurie."

Dans une querelle entre un père et son fils, le père reprochoit à celui-ci son ingratitude. “Je ne vous ai point d'obligations,” disoit le fils ; " vous m'avez fait beaucoup de tort; si vous n'étiez point né, je serois à present l'héritier de mon grand-père."

Un avare faisant son testament, se fit lui-même son héritier.

Un homme voyoit un bateau si chargé que les bords en étoient à fleur d'eau : “Ma foi," dit-il, « si la rivière étoit un peu plus haute le bateau iroit à fond."

M. Hume, dans son histoire d'Angleterre, parlant de la conspiration attribuée aux Catholiques en 1678 sous Charles II. rapporte le mot d'un chevalier Player qui félicitoit la ville des précautions qu'elle avoit prises“ Et sans lesquelles," disoit-il, “ tous les citoyens au

« ПретходнаНастави »