Слике страница
PDF
ePub

Comparaison

entre

„le Jules César"

de Voltaire et celui de Shakspeare.

Dissertation inaugurale

pour obtenir

le grade de Docteur en philosophie

à l'Université de Rostock

présentée

par

Herm. Fr. Th. Behne

de Hedemünden.

A Gottingue 1872.

Imprimé chez Guillaume Frédéric Kaestner.

Dédié

à ses chers beaux-frères

Ch. et L. Morgenstern,

docteurs en philosophie

comme un faible signe de gratitude

par

L'Auteur.

[blocks in formation]

Un phénomène fort intéressant dans l'histoire des peuples européens c'est l'influence presque toute - puissante que la France faisait valoir pendant les seizième, dix-septième et dix-huitième siècles dans la vie politique et spirituelle de la plupart des nations du continent d'Europe. Cette influence représentait d'une part le pouvoir monarchique absolu, qui était sorti victorieux de longs et sanglants combats et qui formulait et réglait pendant plus d'un siècle la vie politique de la nation française; d'autre part elle ne se montrait pas moins fort dans sa vie littéraire.

La littérature française du 17. et du 18. siècle occupe en effet une place unique et rend la France législateur du goût littéraire dans l'Europe centrale. C'est la poésie dramatique, fleur la plus belle de la vie spirituelle d'une na

et en première ligne la tragédie qui amène l'âge doré de la littérature française en donnant la vie à ce »Classicisme« moderne qui presque jusqu'à la fin du siècle passé prescrivait à la nation française la marche de son activité littéraire. Examinons les motifs qui lui donnèrent cette position dominante:

Les sujets furent fournis au drame par la mythologie et par les anciennes traditions des Grecs et des Romains, sources qui d'après la conviction des grands écrivains du siècle de Louis XIV, renfermaient seules des sujets dignes d'une représentation dramatique. Sophocle et Euripide étaient sous ce rapport les grands modèles qu'il fallait imiter pour avoir accès à la gloire parmi les écrivains, et à coté de cette loi inexorable l'originalité d'un poète n'avait aucun droit de se faire valoir. Ainsi le théâtre français classique reposait uniquement sur l'imitation des anciens.

Il n'y a eu de tout temps que fort peu d'hommes qui fussent favorisés par le sort de créer librement comme des dieux et qui, en sautant les dégrés ordinaires du développement spirituel des hommes d'esprit et de talents, eussent dé

« ПретходнаНастави »