Слике страница
PDF
ePub

sera porté jusqu'à la concurrence de 27,000 Hommes, y compris toutefois les Troupes nécessaires pour le Siège ou Blocus de Stettin, et bien entendu que ces Troupes restent sous les ordres d'un Général Prussien, La Forteresse de Colberg, et le Camp rétranché devant cette Place, serviront en cas de besoin d'appui aux Troupes Alliées. Cependant la Place de Colberg elle-même ne sera gardée que par des Troupes Prussiennes, mais le Commandant doit être soumis aux ordres de Son Altesse Royale le Prince Royal de Suède en sa qualité de Chef Suprême de l'Armée combinée, et il sera libre à Son Altesse Royale de former des Magasins, et des Dépôts d'Armes dans la dite Place. La Garde du Camp rétranché sera confiée à des Troupes appartenantes à la susdite Armée.

VII. Sa Majesté le Roi de Suède promet d'appuyer par sa Marine les opérations militaires de Sa Majesté Prussienne, et de garantir le commerce de ses Sujets autant que la dislocation des Escadres Suédoises, et la sûreté des cotes de la Suède à l'égard du Dannemarc pourront le lui permettre.

VIII. Les 2 Hautes Parties Contractantes conviendront incessamment des bases d'un Plan de Cainpagne, et se concerteront constamment sur les opérations de la Guerre. Sa Majesté le Roi de Prusse déléguera à cet effet un Officier Supérieur qui, attaché au QuartierGénéral de Son Altesse Royale le Prince Royal de Suède, sera muni des pouvoirs nécessaires pour faire exécuter les mouvemens qui auront été décidés.

IX. Il est toutefois entendu entre les 2 Hautes Parties Contractantes que Son Altesse Royale le Prince Royal de Suède réglera les opérations des Troupes Prussiennes, mises sous ses ordres, de la même manière et avec la même autorité que Son Altesse Royale dirigera les Troupes Suédoises. Dans le cas où Son Altesse Royale vrdonnera la formation de quelques Corps composés de Détachemens pris dans les 2 Armées Suédoise et Prussienne, le commaudement de ce Corps détaché sera dévolu à l'Officier dont le grade sera supérieur.

X. Les principes qui ont réuni les 2 Hautes Parties Contractantes ayant pour leur base une unité d'actions et d'intentions, Sa Majesté le Roi de Suède et Sa Majesté le Roi de Prusse s'engagent réciproque. ment à ne point négocier séparément avec leurs Ennemis communs, à ne signer ni Paix, ni Trêve, ni Convention quelconque, autrement que d'un accord mutuel.

XI. Sa Majesté le Roi de Suède promet d'appuyer par ses bons offices de la manière la plus efficace, toutes les démarches que va faire Sa Majesté le Roi de Prusse en Angleterre, pour s'allier avec cette Puissance, et en obtenir Armes, Munitions, et Subsides.

XII. On s'occupera à la suite du présent Traité à régler par une Convention Séparée les relations commerciales entre les 2 Etats. Elles seront basées sur les principes de l'Alliance qui vieut d'être conclue entre les 2 Hautes Parties Contractantes. En attendant les relations commerciales entre les 2 Etats seront rétablies sur l'ancien pied, et les Sujets des 2 Nations seront réciproquement traités à l'égard du coinmerce comme ceux des Nations les plus favorisées.

XIII. Il sera conclu également une pareille Convention pour régler tout ce qui pourrait être nécessaire relativement aux marches, et à l'approvisionnement des Armées de Sa Majesté le Roi de Suède tant qu'elles se trouveront dans les Etats de Sa Majesté Prussienne. En attendant les 2 Hautes Parties Contractantes se bornent à poser en principe générale que les livraisons en fourage, provisions de bouche, et autres comestibles, seront payées tout de suite argent comptant, d'après les prix modérés dont on conviendra, et qui n'excéderont pas ce que Sa Majesté le Roi de Prusse paye pour ses propres Troupes. Le logement et le bois seront fourois sans payement.

XIV. Le présent Traité sera communiqué immédiatement à la Russie et à l'Angleterre.

XV. Les Ratifications du présent Traité seront échangées à Stockholin dans 4 semaines, ou plutôt si faire se peut.

En foi de quoi, nous Soussignés, en vertu de nos Pleinspouvoirs, avons signé le présent Traité, et y avons apposé le Cachet de nos Armes. Fait à Stockholm le 22 Avril, l'an de Grâce 1813.

COMTE D'EN. (L.S.) FREDERIC DE TARGESTROM.

RACH. (L.S.) G. BARON DE WET.

TERSTEDT.

(L.S.) LE

Premier Article Séparé et Secret. Sa Majesté le Roi de Suède s'engage par le présent Article Séparé et Secret, à ne pas poser les Armes aussi longtems que la Prusse ne sera point reconstruite dans les proportions statisques, géographiques, et financières conformes à ce qu'elle était avant l'époque de la Guerre de 1806. Pour cet effet, Sa Majesté le Roi de Suède s'engage de la manière la plus solennelle d'appliquer aux équivalents que les circonstances pourront éxiger pour l'intérêt même des 2 Etats, et pour l'agrandissement de la Prusse, toutes les acquisitions qui pourraient être faites par ses Armées, et ses Négociations, dans la partie Septentrionale de l'Allemagne, à l'exception des Possessions de la Maison d'Hannovre, et de celles qui d'un commun accord entre les 2 Hautes Parties Contractantes pourraient servir à dédommager le Dannemarc, au cas que cette Puissance se décide volontairement à céder la Norvège à la Suède, aux Conditions stipulées avec la Grande Bretagne et la Russie. Dans tous les arrangemens il sera conservé entre les différentes Provinces qui doivent rentrer sous la Domination Prussienne l'ensemble et l'arrondissement nécessaires pour constituer un Corps d'état indépendant.

Cet Article Séparé et Secret aura la même force et valeur que s'il était inséré mot à mot dans le Traité d'Alliance Offensive et Défensive signé aujourd'hui, et sera ratifié en même tems.

Eo foi de quoi, nous Soussignés, en vertu de nos Pleinspouvoirs, avons signé le présent Article Séparé et Secret, et y avons apposé le Cachet de nos Armes.

Fait à Stockholm, le 22 Avril, l'an de Grâce 1813. (L.S.) LE COMTE D'EN. (L.S.) FREDERIC DE GESTROM.

TARRACH. (L.S.) G. BARON DE WET.

TERSTEDT.

Second Article Séparé et Secret. Afin de donner à l'Article précédent une précision conforme à la parfaite intelligence qui existe entre les 2 Hautes Parties Contractantes, Sa Majesté le Roi de Suède s'engage, au cas que la réunion du Royaume de Norvège à la Suède fut effectuée, soit par la cession volontaire de Sa Majesté Danoise, soit par la volonté spontanée des Habitans, soit à la suite des évènemens militaires, avant que Sa Majesté le Roi de Prusse ait acquis les arrondissemens qui doivent lui revenir en vertu du présent Traité, de conserver un Corps de 25,000 Hommes pour le moins de Troupes Suédoises en Allemagne, jusqu'à ce que le but susmentionné soit atteint. Ce Corps, auquel se joindront le nombre de Troupes Prussiennes stipulé par l’Article VI du présent Traité, sera sous les ordres de Son Altesse Royale le Prince Royal de Suède. Par une suite réciproque de cet engagement, Sa Majesté le Roi de Prusse s'oblige, si la Norvège n'était pas encore réunie à la Suède à l'époque où Sa dite Majesté aurait obtenu l'accroissement de Territoire convenu entre les 2 Cours Alliées de fournir à Sa Majesté le Roi de Suède un Corps de 15,000 Hommes de Troupes Prussiennes, pour opérer la conquête de la Norvège, et sa réunion avec la Suède, et de les laisser à la disposition de Sa Majesté le Roi de Suède, jusqu'à ce que cette réunion soit effectuée.

Cet Article Séparé et Secret aura la même force et valeur que s'il était inséré mot à mot dans le Traité d'Alliance Offensive et Défensive, signé aujourd'hui, et sera ratifié en même lems.

En foi de quoi, nous Soussignés, en vertu de nos Pleinspouvoirs, avons signé le présent Article Séparé et Secret, et y avous apposé Je Cachiet de nos Armes,

Fait à Stockholm, le 22 Avril, l'au de Grâce 1813. (L.S.) LE COMTE D'EN- (L.S.) FREDERIC DE GESTROM.

TARRACI. (L.S.) G. BARON DE WET.

TERSTEDT.

[blocks in formation]

Troisième Article Séparé el Secret. Les 2 Hautes Parties Contractantes mettront tous leurs soins à porter la Cour de Vienne à s'unir le plutôt possible à leur Cause.

Cet Article Séparé et Secret aura la même force et valeur que s'il était inséré mot à mot dans le Traité d'Alliance Offensive et Défen, sive, signé aujourd'hui, et sera ratifié en même tems.

En foi de quoi, nous Soussignés, en vertu de nos Pleinspouvoirs, avons signé le présent Article Séparé et Secret, et y avous apposé le Cachet de nos Armes.

Fait à Stockholm, le 22 Avril, l'an de Grâce 1813. (L.S.) LE COMTE D’EN. (L.S.) FREDERIC DE GESTROM.

TARRACH. (L.S.) G. BARON DE WET

TERSTEDT.

TREATIES between Great Britain and Algiers; subsisting

between the Two Powers in 1814.

(1.)TREATY of Peace and Commerce between Great Britain and

Algiers.--Signed at Algiers, 10th April, 1682. Articles of Peace and Commerce between the Most Serene and Mighty Prince Charles the Second, by the grace of God King of Great Britain, France, and Ireland, Defender of the Christian Faith, &c., and the Most Illustrious Lords, the Bashaw, Dey, Aga, and Governors of the famous City and Kingdom of Algiers, in Barbary : concluded by Arthur Herbert, Esquire, Admiral of His Majesty's Fleet in the Mediterranean Seas, on the 10th day of April, old style, 1682.

ART. I. In the first place it is agreed and concluded, that from this day, and for ever forwards, there be a true, firm, and inviolable Peace between the Most Serene King of Great Britain, France, and Ireland, Defender of the Christian Faith, &c., and the Most Illustrious Lords, the Bashaw, Dey, Aga, and Governors of the City and Kingdom of Algiers, and between all the Dominions and Subjects of either side, and that the Ships or other Vessels, and the Subjects and People of both sides shall not henceforth do to each other any harm, offence, or injury, either in word or deed, but shall treat one another with all possible respect and friendship.

II. That any of the Ships, or other Vessels, belonging to the said King of Great Britain, or to any of His Majesty's Subjects, may safely come to the Port of Algiers, or to any other Port or place of that Kingdom, there freely to buy and sell, paying the usual Customs

of 10 per cent., as in former times, for such goods as they sell; and the goods they sell not, they shall freely carry on board without paying any Duties for the same; and that they shall freely depart from thence whensoever they please, without any stop or hindrance whatsoever. As to contraband merchandises, as powder, brimstone, iron, planks, and all sorts of timber fit for building of Ships, ropes, pitch, tar, fusils, and other habiliments of War, His said Majesty's Subjects shall pay no Duty for the same to those of Algiers.

Ul. That all Ships, and other Vessels, as well those belonging to the said King of Great Britain, or to any of His Majesty's Subjects, as those belonging to the Kingdom or People of Algiers, shall freely pass the Seas, and traffic without any search, hindrance, or molestation from each other; and that all Persons or Passengers, of what Country soever, and all monies, goods, merchandises, and inoveables, to whatsoever People or Nation belonging, being on board of any of the said Ships or Vessels, shall be wholly free, and shall not be stopped, taken, or plundered, nor receive any harm or damage whatsoever from either Party.

IV. That the Algier Ships of War, or other Vessels, meeting with any Merchants' Ships, or other Vessels, of His said Majesty's Subjects, not being in any of the Seas appertaining to His Majesty's Dominions, may send on board 1 single Boat, with 2 Sitters only, besides the ordinary Crew of Rowers, and that no more shall enter any such Merchant Ship or Vessel, without express leave from the Commander thereof, but the 2 Sitters alone; and that upon producing a Pass under the Hand and Seal of the Lord High Admiral of England and Ireland, or of the Lord High Admiral of Scotland, for the said Kingdoms respectively, or under the Hands and Seals of the Commissioners for executing the office of Lord High Adiniral of any

of the said Kingdoms, that the said Boat shall presently depart, and the Merchant Ship or Vessel shall proceed freely on her voyage, and that although, for the space of 15 months next ensuing after the conclusion of this Peace, the said Commander of the Merchant Ship or Vessel produce no such Pass, yet if the major part of the Seamen of the said Ship or Vessel be Subjects of the said King of Great Britain, the said Boat shall immediately depart, and the said Merchant Ship or Vessel shall freely proceed on her voyage; but that, after the said 15 months, all Merchants’ Ships or Vessels of His said Majesty's Subjects shall be obliged to produce such a Pass as aforesaid. And any of the Ships of War or other Vessels of His said Majesty, meeting with any Ships or other Vessels of Algiers, if the Cominander of any such Algier Ship or Vessel shall produce a Pass firmed by the Chief Governors of Algiers, and a Certificate from the English Consul living there, or if they have no such Pass or Certificate, yet if for the space of 15 months next ensuing the conclusion of this Peace, the

« ПретходнаНастави »