Слике страница
PDF
ePub

1

Courbe d'un vent fougueux l'impétueufe haleine.
Je friffonne, mon corps ne fe foutient qu'à peine,
Et tes yeux en verront un figne trop certain
Dans ces traits mal-formés par ma tremblante main.

C'EN eft fait, je renonce à la vaine esperan

ce

D'inspirer à ton coeur quelque reconnoiffance:
Mais fi par des bienfaits on ne peut l'émouvoir,
L'humanité fur lui n'a-t-elle aucun pouvoir?
C'eft affés d'être ingrat; n'étends point ta furie
Jufqu'à donner la mort à qui fauva ta vie:
Vois à travers les flots qui t'éloignent de moi,
Ces mains qu'avec effort je fouleve vers toi:
Confidere ce fein enfanglanté par elles.
Rien n'égale l'excès de mes douleurs mortelles:
Quel coeurs, en les voyant ne feroient pas tou-
chés?
Presque tous mes cheveux par moi-même arra-
chés,
Sont de mon défespoir une preuve funeste :
Toi feul peux de ma rage en garantir le refte.
Hâte-toi donc, Théfée, et par un prompt fecours,
Au glaive de la mort viens dérober mes jours;
Je fens qu'elle s'approche, et déja fes ténebres
Obfcurciffent mes yeux de leurs vapeurs fune-

bres;

Mais ton retour fuffit pour arrêter fes coups.
Le vent change; et flattant mes fouhaits les plus

doux,

[ocr errors][merged small]
[ocr errors][merged small]

A ren

Dourrigne'. A rentrer dans ce port fon fouffle heureux t'invite:
Répare les chagrins où m'a plongé ta fuite:
Que ta pitié pour moi me tienne lieu d'amour.
Reviens; et fi l'amour, prévenant ton retour,
A terminé les maux d'une Amante trop tendre,
Daigne, en plaignant mon fort, prendre foin de ma
cendre,

A mes os du bûcher accorder les honneurs,
Et fur ma Tombe enfin répandre quelques pleurs.

Leipzig,

gedruckt bei Christian Friedrich Solbrig.

[merged small][ocr errors][ocr errors]

.

www

« ПретходнаНастави »